Posts Tagged ‘septembre’


Tonic 172 - septembre 2013

Tonic 172 – septembre 2013

1 septembre 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Altenstadt : Transit interdit : les poids lourds passent toujours !
Uttwiller : Personne ne respecte les panneaux « stop »
Niederroedern : Le coiffeur lui fait perdre tous ses cheveux
Rosteig : Je suis une vache à lait du sivom
Waldhambach : Il laisse mourir sa jument dans d’atroces souffrances
Rosteig : La commune paie les dettes du football-club
Kaltenhouse : Le vétérinaire diagnostique la mauvaise affection
Rosenau : La société n’assure pas le service après-vente
Wingen-sur-Moder : Lalique : les confidences d’un trafiquant !
Gundershoffen : Le messti fait trop de bruit
Rahling : Les eaux usées lui coulent dans la cave
Ingwiller : Une dentiste indélicate
Coup de gueule de la planète septembre
Comportementaliste… Un métier qui a du chien
Mulhouse : Drôle de chuchotement
La foire-kermesse de Mulhouse : Les manèges désenchantés !
Mulhouse : Élections municipales : la balayeuse du PS racle le trottoir !
Keskastel : Les pêcheurs ne peuvent plus pêcher
Strasbourg : Pas d’eau chaude pendant cinq mois !
ça c’est passé en juillet/août
Rencontre : Djamila Sonzogni
DOSSIER : Comment bien assurer votre enfant

Toutes les bonnes choses ont une fin

Voilà, c’est la rentrée, les vacances sont finies !
Le salon de jardin et le barbecue sont remisés au fond du garage, la valise et le sac de voyage se retrouvent sur le haut de l’armoire, et le slip de bain, le drap de plage et la crème solaire dedans. Il n’y a rien à redire, cette année l’été a été beau. Bien sûr, il y en a toujours pour qui il a fait trop chaud certains jours mais, il ne faut pas s’arrêter à leurs réflexions puisque, ce sont aussi les mêmes qui beuglent lorsqu’il fait froid ou lorsqu’il pleut. De toute manière ceux-là ne sont jamais contents… et ce, peu importe le temps qu’il fait !
Une chose est certaine, le soleil ne bronze pas seulement nos corps qui ont l’habitude d’être au blanc PVC mais il met aussi de la chaleur dans nos esprit.
Lorsqu’il fait beau, les gens paraissent plus avenants, aimables et courtois (même ma belle-mère avait un semblant de sourire sur sa figure qui tire une gueule d’enterrement toute l’année) et on a l’impression que tout se passe à merveille. Le soleil chasse nos soucis, balaye nos tracas, déloge nos anxiétés… il est un antidote à chacune de nos préoccupations !

Avec lui, la reprise économique est revenue dès le 14 juillet, plus de 400 couples d’homosexuels se sont mariés, Nelson Mandela est resté en vie, et nos politiques ont pris des vacances. Durant deux mois, les piscines étaient pleines à craquer, les terrasses de café aussi et même les hôteliers ont fièrement annoncé que la saison estivale était presque parfaite.
Seuls les maraîchers et les producteurs de fruits sont un peu dépités puisque les fruits et les légumes ne sont pas aussi abondants que d’habitude mais ça, c’est plus la faute au trop plein de pluie du printemps dernier.

Demain les enfants retourneront donc à l’école, et les plus grands reprendront leur travail. Toutes les bonnes choses ont une fin. Il nous restera toujours les photos, les vidéos, le billet d’avion ou le ticket du péage de l’autoroute pour nous remémorer nos belles vacances.
De quoi demain sera-t-il fait… personne ne le sait ! Il faut espérer qu’un été indien succède à ce bel été qui va bientôt s’achever et que le soleil sera encore au rendez-vous durant quelques semaine… histoire d’entretenir un peu plus longtemps notre enchanteur optimisme. Mais ça, c’est encore une autre histoire !

Une chose est certaine !… Toute l’équipe de Tonic magazine s’est démenée comme un beau diable pour vous apporter, une fois de plus, une lecture éclairée qui, elle aussi mettra, à n’en pas douter, du soleil dans votre esprit.
Claude Schaeffer

Tonic 161 - Septembre 2012

Tonic 161 – Septembre 2012

1 septembre 2012 à 12:00 - Aucun commentaire

Lutzelbourg : Un septuagénaire maltraité
Mittelhausbergen : Un logement insalubre
Diemeringen / Pays de Bitche : Elle quitte son mari pour vivre dans le péché avec… le pasteur
Wasselonne : Victime d’un beau parleur
Nothalten : Une sécurité non sécurisée
Keskastel : Victimes de lâches voleurs
Haguenau : Mauvaise gestion des déchets… « sauvages » !
Mulhouse : Jean Rottner, maire arboritueur
Tieffenbach : Un curieux agressi
Mothern : Handicapé et obligé de réintégrer son poste de travail
Rentrée politique 2012 à Mulhouse : La bataille des municipales a déjà commencé !
Brumath : Cour du château : Epilogue ?
Goxwiller : Privés de fleurissement
Conseil régional : Un week-end à Londres à plus de 800 euros par jour et par personne
Strasbourg : Assurément « pas » humaine !
Rencontre : Claude Diringer, poète-pèlerin d’Alsace et du monde
Mulhouse : Boîte à B.A.C
Geudertheim/Brumath : Un champ… de cigognes !
Wingen-sur-Moder : Le facteur a peur des oies
Oermingen : Centre de détention : un prisonnier dénonce !
DOSSIER : Victime de violences ? Moi ? Jamais !
Hindlingen : Ses fleurs, ses cigognes… son maire !
Tonic ton maire : Gérard Cronenberger
Vendanges : vos droits à consommer sans modération !

Le changement… c’est maintenant !

Ça y est, nous voilà au mois de septembre… déjà !
L’été n’est pas encore tout à fait fini que déjà l’automne pointe son nez. Septembre c’est aussi l’un des deux seuls mois qui comptent vraiment dans l’année… l’autre, c’est janvier !
Alors que janvier sonne le glas d’une année trépassée et nous balance dans une autre toute nouvelle, toute fraîche, septembre est à la croisée de deux périodes cruciales… celle estivale et celle de la reprise.

Fini le sable chaud et la bronzette sous un soleil de plomb. Terminé les apéros qui durent jusqu’à 16 heures et les parties de pétanque. Passé les soirées à palabrer la moitié de la nuit à l’abri d’un ciel étoilé et les bains de minuit. Fini le farniente et les balades dans la nature. Terminé les sorties piscine et celles à vélo. Passé la découverte des châteaux et la visite des musées.
En un mot… fini les vacances !
Hop jetzt ! On range les sacs de voyage et les serviettes de plage, les shorts et les jupes, les maillots de bain et les claquettes… Ihr sin doch jetzt àlli scheen brün !
Au placard le rosé, le pastis et l’amer bière (pas trop au fond non plus celui-là… laissez-le quand même à portée de main… on ne sait jamais !) et les bretzels.

Comme en janvier, on prend aussi des résolutions importantes en septembre. On décide de perdre les kilos pris pendant les vacances et qu’on va arrêter la cigarette, on décrète qu’on aura enfin le courage de demander une augmentation à son patron et de dire à son homme qu’on ne l’aime plus et qu’on va le quitter pour un autre qu’on a rencontré sur un site Internet.
Comme disait l’autre… celui qui a passé ses vacances au Fort de Brégançon : « Le changement c’est maintenant ! »
Et puis, il n’y a pas que les vacances dans la vie. Faut aussi bosser de temps en temps… non ?

Regarde, nous chez Tonic Magazine !
Pas de bronzette sur le sable chaud, pas de parties de pétanque, pas de soirées à palabrer, pas de farniente, pas de balades dans la nature et encore moins un apéro à l’amer biè… (bon, la fin de la phrase on la laisse de côté !) Mer sin net brün… Mer hànn g’schafft !

Eh oui ! Pendant que les autres se sont dorés la pilule au soleil avec les doigts de pied en éventail, nous ici on a trimé dur, pire que dans les geôles de Cayenne naguère, puisque nous aussi, nous nous sommes résolus à apporter quelques changements à ton mensuel régional préféré.

Et le résultat tu l’as en main !

Avoue que tu as failli ne pas reconnaître ton nouveau Tonic.
La couverture avait besoin d’un sérieux ravalement de façade. Elle se veut désormais sobre, dépouillée de toutes fioritures inutiles.
Bien sûr que toutes les rubriques sont restées les mêmes, surtout tes préférées… Il suffit de jeter un p’tit coup d’œil au sommaire, mais nous avions le souci de rendre ta lecture encore plus attractive et encore plus séduisante.

Chez Tonic aussi, le changement c’est maintenant, et toute l’équipe espère que, dès ce numéro, tu seras charmé par la nouvelle présentation du magazine… S’gilt !

Claude Schaeffer

Tonic 150 - Septembre 2011

Tonic 150 – Septembre 2011

1 septembre 2011 à 12:00 - Aucun commentaire

SNCF :
La France est en train de rater le train de la mondialisation

Mulhouse :
Allée ou cimetière d’œuvres d’art ?

Hoenheim :
Cons… comptez-vous !

Rencontre avec… Michel Fuchs, sportif, poète, écrivain, musicien et chanteur

Meisenthal :
Le voisin reprend son terrain

Sarre-union :
La mairie interdit au maraîcher de vendre ses plants de saison

Histoire :
Docteur Eugène Ricklin… D’r sundgauer Leeb (Suite)

Concours spécial Tonic 150 :
Gagnez 10 jours à Mulhouse !

Wingen Sur Moder :
Musée Lalique : une ouverture onéreuse

Neuenburg :
La guerre des glaces

Strasbourg :
Zénith Europe où es-tu ?

Hommarting :
L’antenne relais fait peur aux riverains

Saverne :
Philippe Richert pique une colère princière

Schiltigheim :
Monsieur le maire Raphael Nisand et la démocratie participative

Mulhouse :
Le klapperstein en furie

Cimetières de la CUS :
Les vols sans ailes…

Bouxwiller :
Ordures : paiement équitable ?

Wangen :
Chouettes… elles sont là !

Schoenbourg :
Une « zone 30 » devant le domicile du maire

Wisches :
Haute dose d’oxyde de fer dans l’eau du robinet

Nimègue 2011 :
Carton plein pour les marins alsaciens !

Gundershoffen :
La Volksmusik survoltée !

Nordhouse :
La maison du bonheur

Drachenbronn :
Radiée de l’Armée de l’air

Plaine :
On prend les mêmes et on recommence !

Cap vers le Sud

Alors lecteur, tu as fait quoi cet été ? J’espère que tu n’as pas décidé comme moi de rester en Alsace. La doudoune en juillet et la tête dans le freezer en août, y’a mieux comme programme. Ceci dit, c’est imparable pour garder la tête froide, je t’assure. Au prochain coup de sang, dirige-toi illico vers le bac à glaçon de ton congélo… résultats garantis. Je sais pas toi, mais moi je prépare déjà le matériel pour les prochaines présidentielles, pour les prochaines augmentations d’impôts, pour la prochaine fois que mon GPS me laissera en rade au croisement d’ Oberschmourtz-les Bains et de Niederpfourtz-sur-Moselotte, bref, pour les choses de la vie qui peuvent nous rendre de très très mauvaise humeur et nous pousser à dire « casse-toi pov’ con » à chaque coin de rue. Oui je sais, je parlais de vacances et je m’engage dans une sordide histoire de congélateur (quoique, niveau congélateur y’a quand même plus sordide que ça !)… C’est très féminin ça non, de changer de conversation au gré de ses humeurs ? C’est sans doute parce qu’on sait faire plusieurs choses à la fois messieurs, sans vouloir vous froisser !
Les vacances donc… Il fallait ABSOLUMENT fuir l’Alsace et aller se faire rôtir ailleurs, mais ça ma bonne dame (encore du sexisme, je sais), on ne le savait pas au départ. Si j’avais su que j’en serais réduite à faire des flambées en juillet et à côtoyer un glaçon en août (non chéri, je ne parle pas de toi !), je me serais fait un programme aux petits oignons : soleil, plage, transat, sieste, baignade, poissons à la plancha, mojito, la totale, mais le Pinot Noir (sans glaçons celui-là) m’aurait manqué alors je pardonne à la météo alsacienne ses petits caprices.
À défaut d’avoir fait bronzette dans le Sud de la France cet été, Tonic décide d’aller chatouiller un peu plus sérieusement le Sud de l’Alsace (on se rapproche comme on peut de l’idéal climatique) à compter du mois de septembre (maintenant donc), avec la présence permanente d’une journaliste dans le Haut-Rhin, en plus de nos fidèles correspondants locaux, qui ne manquent ni d’idées ni de talent ! Mais qui peut bien être cette journaliste ? Allez, rien que pour toi lecteur, quelques indices : elle adore le Pinot Noir, les asperges, le chocolat et Tonic. Elle se déplace en général au volant d’une magnifique automobile rouge haut de gamme et flambant neuve. Quoi, tu n’as toujours pas trouvé ? Bon, mais c’est la dernière piste… elle se met la tête dans le bac à glaçons de son congélateur du 15 au 29 août et vous trouverez son téléphone au bas de cette page. Alors alors ? Eh oui, je vois déjà la mine réjouie de nos super héros haut-rhinois (difficile à prononcer ça) quand ils verront débarquer cette empêcheuse de tourner en rond sur leur territoire. Lecteur du 68, venir te voir à Oberschmourtz-les Bains ou à Niederpfourtz-sur-Moselotte ne sera plus un problème, GPS ou non, la conductrice mystère de l’automobile rouge sera chez toi en deux temps trois mouvements pour décrocher le scoop de l’année. Surtout n’hésite pas à appeler (suis mon regard en bas de page !). Quant à toi, lecteurs du Bas-Rhin et de Moselle, un beau brun ténébreux (surtout brun) viendra te visiter au volant de son automobile noire, largement moins classe que la rouge, mais le pauvre, il fait ce qu’il peut, après tout ce n’est qu’un homme !
Pour boucler la boucle et contenter les lecteurs de toute l’Alsace, Tonic proposera, dès le mois prochain, quatre pages spéciales Haut-Rhin (pour les Haut-Rhinois) et spéciales Bas-Rhin (pour les Bas-Rhinois). Tu l’auras compris cher lecteur, il y en aura pour tous les goûts et l’équipe « tonique » ne ménagera pas ses efforts pour te satisfaire.
En attendant, bonne lecture de ce 150ème numéro de Tonic qui a mûri sous le soleil alsacien, avec quelques passages dans le congélo, histoire d’assurer sa fraîcheur !
G’suntheit et au mois prochain,
Alexandra Vallat

Tonic 139 - Septembre 2010

Tonic 139 – Septembre 2010

1 septembre 2010 à 12:00 - Aucun commentaire

CIA
Même la pointure de mes pieds…

Sélestat
Le maire veut reprendre la Bastille !

Mondial de football 2010
Rapprochement franco-allemand lors de la coupe de monde de football 2010 : ces Alsaciens qui soutenaient la « Mannschaft »…

Lemberg
Le parking public est en fait un parking privé

Langue régionale
Nisand, coq d’or – goldener Güller 2010 ?

Lemberg
Le curé avait oublié la messe

Rentrée politique 2010
Patrick Binder sur tous les « fronts »

L’Alsace vache à lait
La trayeuse s’emballe

Mulhouse
Fête de la Concorde

Richert au Gouvernement ?
Les spéculations de Seppi le poulpe !

Steinbourg
Une commune anti associations

Schiltigheim
Le maire dérape. Encore

Gundershoffen
Privé de ses indemnités journalières

Mulhouse
Jean Rottner, « Schweisdissi d’or 2010 »

Orschwihr
Un chemin qui veut faire sa route

Walbourg
Un tour au Petit Four

Neuf-Brisach
Le croisement de toutes les passions

Mulhouse
Un tramway nommé désir !

La Petite-Pierre
Logement insalubre

Les Mulhousiens indésirables à la piscine bobochic d’Habsheim (acte II)

Mulhouse
À cause de la rose

Mulhouse
Cinq boycotteurs devant le tribunal

Daniel Muringer
Ne pas laisser le thème de la culture régionale au Front national

Wasselonne
Le banquier fait encore plonger une entreprise

Mulhouse
Moitié de bassin

Plaine
Avis de tempête

Otterswiller
Briser l’omerta

Colmar
Bons Baisers de Colmar

Une rentrée ROManesque

Cher lecteur, nous revoilà ! Malgré l’été torride que nous avons passé sous le soleil haguenovien (mais non je plaisante, t’as vu du soleil toi ?), tu nous as furieusement manqué. Rappelle-toi le dernier numéro de Tonic. On te parlait des vacances à venir, des blondes bien fraîches (les bières, toujours les bières Robert, du calme), des sandwichs au pâté à Palavas les Flots, des tongs roses en strass achetées en soldes pour épater doudou, des shorty moulants, des terrasses bondées, des doigts de pied en éventail, des derniers régimes à la mode (ha t’as mangé les sandwichs au pâté ? trop tard), des barbecs entre amis, bref, de l’été quoi ! On te parlait aussi des vacances médiatiques, des programmes télé pourris, des rediffusions à gogo, des best of haut de gamme, des humoristes censurés et des vacances ministérielles sur des îles qu’on connaît très bien en cartes postales. Tu avoueras que nos prévisions se sont pour la plupart révélées exactes… À part le soleil qu’on n’a vu qu’un jour sur deux (ou sur trois, je sais plus bien), le reste nous a bien enquiquiné tous les jours. Si si je t’assure, un soir j’ai même failli me suicider aux chamallows trempés dans du chocolat fondu en regardant une rediffusion de « Belle toute nue » sur M6, mais je me suis dit que la vie ne pouvait pas s’arrêter sur une telle vision d’horreur. Alors vers minuit, j’ai fini les chamallows (faut jamais en laisser, on gâche pas la nourriture), rangé mes tongs roses et mon short moulant au fond du placard et je me suis dit « maintenant mômie, ça suffit les conneries, demain tu reprends ton régime Ducon heuuu Dukan et tu vas montrer au monde entier que toi aussi t’as de la volonté. T’as pris 7 kilos cet été ok, mais à partir de septembre ça va dépoter, la nouvelle belle toute nue avec zéro complexe, c’est toi bébé ».

ça y est, on est en septembre. Y’a toujours pas de soleil, j’ai racheté des chamallows et les programmes télé sont toujours aussi propices à l’autodestruction. La différence, c’est qu’en plus on se cogne les bonnes nouvelles de la rentrée !

Selon une enquête de l’UNEF, le coût global de la rentrée scolaire est en augmentation de 3.3%, entre des logements impayables, la montée en flèche du prix des fournitures scolaires, de la nourriture et autres réjouissances. Bien entendu le gouvernement dément (avec le pied gauche dans l’eau des Seychelles et le droit dans de la vase sécuritaire, c’est pas étonnant), en assurant que la hausse des prix est pile poil à la hauteur de l’inflation, soit environ 1,6%. Tout va bien citoyens, circulez y’a rien à voir. Ceci dit, cette année ça tombe bien pour les élèves de seconde qui, même s’ils le voulaient, ne pourraient pas payer leurs manuels scolaires. C’est une règle de base, on ne peut acheter ce qui n’existe pas encore. Chouette, ils vont avoir deux mois pour économiser et payer plein pot des livres qu’ils n’utiliseront que deux trimestres. Vive la réforme des lycées et le retard des programmes du gouvernement ! Petits veinards… Remarque on comprend que ça ait capoté niveau rentrée scolaire, notre Sarko tout puissant était trop occupé à renforcer sa politique sécuritaire. Sa finesse, sa classe et son respect de l’autre nous étonneront toujours : « Les ROMS dehors », « Casse-toi pov’ con, bouge de là ou je te fous dans un charter avec tes potes ». Cette nouvelle tentative de « karchérisation » est si élégante qu’elle a même réussi à choquer Benoît XVI ! Si même le pape – avec qui on pensait avoir touché le fond de la cuve conservatrice – s’insurge de telles mesures, l’heure est grave. Un truc nous rassure quand même, Philippe de Villiers est lui en parfaite adéquation avec cette promesse de grand nettoyage. Ouuuuf, on a eu peur.

Quoi ? Je t’ai une fois de plus saoulé avec des trucs pas drôles ? Je fais que râler ? Tu voulais quand même pas que je te raconte mon dernier week-end avec belle-maman non ? Toi aussi t’aurais eu envie de te suicider aux chamallows, c’est dire…

Lecteur, je te laisse sur cet air frais de rentrée et sur la lecture du Tonic de septembre. Tu verras, malgré quelques crises de chocolat fondu et un été à Haguenau Plage, notre petite équipe s’est démenée pour t’offrir tout ce qu’elle a dans le ventre, de l’humour,  beaucoup d’amour et des bonbons !

Bonne rentrée à tous.

Alexandra Vallat