Posts Tagged ‘janvier’


Tonic 176 - janvier 2014

Tonic 176 – janvier 2014

1 janvier 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

Wingen-sur-Moder : Musée Lalique : et maintenant une piscine !
Strasbourg : Maison d’arrêt : un trou de 118 000 euros !
Sarre-union : Les lampadaires n’éclairent qu’en plein jour !
Ecotaxe poids lourds : Ce qui est bon pour l’Alsace ne l’est pas forcément pour la Bretagne !
Affaire Thermoseme-Alsace : Assurance ou pas assurance ?… Telle est la question !
Huningue : Un croque-mort sans talent
Lauterbourg : Une « blouse blanche » qui laisse des traces !
Reipertswiller : En trois semaines… elle se fait crever cinq fois les pneus !
Mertzwiller : Stationnement des voitures : c’est l’anarchie dans la rue principale
Lingolsheim : Les abris de jardin doivent disparaître !
Plobsheim : Un voyage de rêve qui tourne au cauchemar !
Kaidenbourg-Siegen : Danger de voisinage : Le mur peut s’écrouler à tout moment !
Sarrebourg : Concert Téléthon : L’organisatrice, une habitante de la ville, en garde à vue…
Coup de gueule : Une poutre dans l’oeil !
La Petite-Pierre : Cléone… une femme à chasser !
Astuces : Anti-Crise
Oberstinzel : Le maire ne voit que ce qu’il a envie de voir !
Portrait : Jean-Marie Brom
Mulhouse : Justice… vous avez dit justice ?
Phalsbourg : 3 900 Euros pour un manteau… et les manches sont beaucoup trop longues
DOSSIER : Les grands événements de 2013 et ce qui vous attend en 2014

Bonne année 2014 !

« Jeses Gott, noch e Johr erum ! » Eh oui ! Encore une année qui vient de se terminer et nous voici, une fois de plus, au seuil d’une nouvelle dont l’histoire reste encore à écrire.
Celle qui vient de passer nous a réservé son lot d’évènements auxquels, l’année dernière à la même date, nous n’osions peut-être à peine penser.
Des évènements tantôt prévisibles tantôt inattendus, joyeux ou tristes, réjouissants ou dramatiques, personnels ou communs… une pléiade de faits futiles ou importants qui construisent, heure après heure et jour après jour, le journal de notre vie.

2014 sera exactement de la même facture. Rires et larmes, espoirs et déceptions seront sans aucun doute au programme pour chacun d’entre-nous.
Ne pas prendre la grosse tête, lorsqu’à un moment ou un autre l’année 2014 nous sourira, ne pas se laisser abattre, lorsqu’au contraire elle décidera de tourner le dos à nos espoirs et nos attentes, sont des réactions indispensables.
En bonne santé ou malade, pauvre ou riche, blanc ou noir… l’essentiel réside dans le respect de l’autre. Reconnaitre les forces et les faiblesses, accepter les différences et tendre la main permettront à chacun d’avancer sereinement et à son rythme, dans cette nouvelle année que toute l’équipe de Tonic Magazine souhaite… prospère et heureuse à tous !

Claude Schaeffer

Tonic 165 - Janvier 2013

Tonic 165 – Janvier 2013

1 janvier 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Soultz-sous-Forêts : Un banquier détourne 15 000 euros
M2A : Les Pigeons ont fait plier Bockel
Bassing : Un trésor mis à jour
Niederbronn-les-Bains : Une sacrée fête de Noël
Troisfontaines : Un nouveau bâtiment pour la Com-Com de La Vallée de La Bièvre
Colmar : En route pour 2014
Colmar : Mystérieuse apparition
Mulhouse : Journée mondiale de la lutte contre les violences à l’égard de la femme
Hilbesheim / Rauwiller : Condamné puis innocenté pour le vol de bois de chauffage
Hinsingen : Guerre entre paysans… enterré avant d’être décédé !
Brumath : Faut faire du chiffre !
Mulhouse : Un examen de conscience
La chronique de Nemah : C’est quoi l’Europe ?
Sélestat : La mégère et le chanteur de rue
Mulhouse : Des pigeons aux vaches à lait…
Haguenau : Le « garage » abuse de la crédulité d’une jeune conductrice
Pfaffenhoffen : À propos de la disponibilité de nos élus
Batzendorf/Steinbourg : Un même combat
Kaltenhouse : Un quartier dans le besoin
Haguenau : Les mauvais conseils, d’un mauvais vendeur
Sessenheim : Rue Albert Fuchs… une route criminelle !
Dannelbourg : Vente d’un terrain… Le maire leur met des bâtons dans les roues !
Saverne : Le beau rond-point que voilou…
Rencontre : Alexandre Da Silva, architecte, militant d’Habitat et Humanisme
DOSSIER : Eau du robinet… Un danger mortel à votre domicile
Juridique : À vos marques, soldes, partez !
Interview décalée : Tonic ton maire : Marc Séné

Bonne année 2013 !

Nous voilà dans une nouvelle année, nous voici en 2013 !
À peine finies, les réjouissances de fin d’année semblent déjà loin. Les vacances de Noël sont terminées et chacun a repris le chemin des bancs de l’école ou celui du travail.
Les premiers jours du mois de janvier sont toujours un tantinet particuliers puisque c’est la période la plus propice pour, non seulement faire le bilan d’une année qui vient de s’écouler, mais aussi celle pour asseoir les projets pour l’année qui vient de débuter !
Pour nous, le bilan de 2012 se solde par une note très encourageante. Sans encore atteindre des sommets Tonic Magazine est sur une pente ascendante. Aussi, toute la rédaction, l’ensemble du personnel et tous nos collaborateurs, tiennent à vous dire… des milliers de fois merci !
Merci à chacun d’entre vous ! Que vous soyez abonné, lecteur assidu ou un occasionnel curieux de l’un ou l’autre de nos articles.
Cet intérêt que vous portez à notre magazine nous incite, nous oblige même à encore plus de rigueur et d’engagement dans notre travail, afin que vous puissiez retrouver, chaque mois de 2013, un Tonic contenant des thèmes aussi variés que la culture alsacienne, l’histoire régionale, des rencontres, des interview, de la gastronomie, des jeux, des histoires drôles et incroyables, mais surtout aussi notre actualité (décriée par quelques-uns et encensée par le reste) qui s’interdit toujours de dénoncer ou de mettre en cause des personnes bien précises, mais jamais les actes idiots, aberrants et condamnables que ceux-là sont capable de commettre.

Au nom de toute l’équipe, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2013 ! S’gilt !

Claude Schaeffer

Tonic 154 – Dossier : Les antibiotiques… c’est pas automatique !

11 janvier 2012 à 13:59 - Aucun commentaire

Téléchargez le dossier du Tonic n°154 en PDF en cliquant sur le lien ci-dessous :

Dossier : Les antibiotiques… c’est pas automatique !

Antibiotiques

Tonic 154 - Janvier 2012

Tonic 154 – Janvier 2012

1 janvier 2012 à 12:00 - Aucun commentaire

La place d’Islande :
Un « tribunal provisoire » qui dure…

Magstatt-le-Bas :
Vive la Miss France sundgauvienne !

Weinbourg :
Ses panneaux solaires, ses décharges sauvages

Christkindelsmärik «1570» :
Le retour du vain show

Arlette Grosskost :
C’est bingo !!

Haguenau
Rue du foulon : un problème de stationnement

Mulhouse :
Avis de décès

Alsace Bossue :
Une lettre angoissante

Ecomusée d’Ungersheim :
Exposition permanente sur la langue régionale

Meisenthal :
Téléphonie mobile : seuls au monde !

Oberhoffen-sur-Moder :
Guerre dans la rue des Bouleaux

Schiltigheim :
Vente illégale (suite)

Législatives dans le Haut-Rhin

Rendez à Goetschy ce qui est à Goetschy

Otterswiller :
350  000 euros pour la rénovation de l’ancienne gare

Colmar :
Quand la montagne (verte) accouche d’une souris…

Région de saverne :
Ordures ménagères : rien qu’une opération financière !

DOSSIER :
Les antibiotiques… c’est pas automatique !

M2A :
Quelle gestion pour les aires d’accueil des gens du voyage ?

Dannemarie :
Réparer les oublis de l’Histoire

Wingen-sur-Moder :
Le musée prend l’eau

Molsheim :
La liaison inter-quartier verra le jour

Mulhouse :
Au temps de l’occupation ?

Mulhouse :
Une carrière brisée

Saverne :
Golf de la sommerau : on achève les derniers réticents

Boycott 68 :
On n’aurait pas condamné Gandhi et Luther King à Mulhouse

Conseil d’Alsace :
Les socialistes alsaciens doivent tendre la main à Richert

Mulhouse :
L’authentique marché de Noël de mister Walter

Gundershoffen :
Rien ne bouge !

S’gilt !

Je sais je sais, ça sert pas à grand-chose de vouloir faire sa maligne du genre « moi madame je ne suis pas comme tout le monde, je travaille chez Tonic, moi madame je m’en bats le coquillard des traditions pour ploucs du genre marchés de Noël avec plein de lumières toutes zolies en forme de coeur tout partout, petits cadeaux avec des cœurs dessus, petits gâteaux en forme de cœur et tous ces trémolos enrobés de guimauve pour petite fifille trop mimi qu’adore les gros cœurs tout rose », si c’est pour faire ensuite un éditorial consacré aux vœux de la nouvelle année, avec tous les machins rasoirs qui vont avec. Pourtant je t’assure, j’ai essayé de faire ma rebelle, « l’est moche ton marché, l’est mauvais ton vin chaud, les cœurs avec plein de guimauve dedans j’aime pas ça, même pas peur, même pas mal, moi madame vous me trouverez à d’autres latitudes, je ne suis pas du genre à me laisser attendrir par des bredeles maison ou toute autre tentation bassement féminine et oh combien honteuse en forme de marron glacé ou de meringue en chocolat. Je me suis promis cette année de ne pécher ni par gourmandise ni par gentillesse (par gentillesse ça risque pas me dit Claude, notre illustre journaliste). Pas question non plus de succomber à l’appel presque animal d’une bouteille de Pinot Noir fraîchement débouchée, de tartines de munster grillées au four, de… (Claude dit qu’on pourra me rouler avant l’été)… de rien du tout, je succomberai pas j’ai dit, ne serait-ce que pour donner tort à Claude, qui après mûre réflexion, est plus journaliste qu’illustre.
Cette année, les « ho c’est crooooo crooo mignon ça, je vais l’acheter pour tata Alberte et tiens, un autre pour ma cousine Paulette (non je n’ai rien contre les prénoms qui finissent en -ette, bien au contraire !) » c’est fini, terminé, loin de moi les sirènes assourdissantes des supermarchés (Claude me dit que moi aussi je suis une sirène, mi femme-mi thon. Salaud.), la société de consommation, les tentations pour bimbos bobos, le superficiel, l’excès (faudrait surtout que j’arrête l’excès de zèle me dit Claude) bref, tous ces trucs qui servent à rien d’autre qu’à te laver un cerveau qu’était pourtant déjà essoré par 2011.
Je m’étais promis, donc, de te parler de sujets intéressants pour ce premier Tonic de l’année, mais j’en ai pas trouvé, non pas que mon cerveau lavé, relavé, délavé ne me le permette pas (Claude me dit que si, ça doit être la raison), mais parce que j’ai aucune envie de te parler de la même chose que l’an dernier, en pire. Tu vois lecteur, à chaque fois j’essaie d’y croire, je me dis que comme tout le monde fête le Nouvel An comme si c’était LE TRUC à pas rater, la soirée des soirées, il va forcément se passer quelque chose d’incroyable entre le 31 décembre 23h59 et le 1er janvier 00h01, une faille spacio-temporelle qui épongerait la dette (Claude précise que dans mon cas c’est plutôt l’alcool qu’il faut éponger), qui transformerait Sarko en fée clochette, qui donnerait à manger à ceux qu’on faim, tout ça quoi ! Mais finalement, j’ai eu beau ressembler à un arbre de Noël et m’envoyer une bouteille de champagne en regardant ma montre, à 00h01 le 1er janvier 2012, rien n’avait changé. De retour au bureau, Claude n’est toujours pas un illustre journaliste et boit sa quinzième camomille de la journée. Faudrait peut-être qu’il se mette au champagne… non ?

Meilleurs vœux de toute l’équipe,
Alexandra Vallat

Tonic janvier 2011

Tonic 143 – Janvier 2011

1 janvier 2011 à 12:00 - Aucun commentaire

Sélestat
D’r Herr Maire und sini « Miss »

Goxwiller
Madame le maire s’accorde un privilège…
et les contribuables payent !

Le Don Quichotte qui a fait condamner un avocat

Histoire
Quand les Alsaciens peuplaient l’Amérique

Thierry Kranzer
Un Alsacien à New York

Herbitzheim – Sarralbe
Des apprentis voleurs

Enchenberg
Le curé sabote la fête !

Câble
On a muté mon France 3 dans le Haut-Rhin

Snif !
Bockel, détenu libéré

Voyage à Luxembourg
Un modèle pour l’Alsace ?

Mulhouse
Il boude le petit garçon ?

Gérard Leser
Historien, folkloriste et passeur de légendes alsaciennes

Mulhouse
Le merveilleux marché de Noël de mister Walter

La Petite-Pierre
Chaufferie collective au bois : le flop !

Région Alsace
Évaluation des hôpitaux sur les infections nosocomiales

Colmar
Re « chaussée » vous !

Reichstett
La raffinerie ferme ses portes

Strasbourg
Buralistes en colère

Sélestat
On lui vend de l’or… à prix d’or !

Bas-Rhin
Pas de sangliers radioactifs

Haguenau
Agression au collège Kléber

***********************************

Cette année, Noël tombe un 25 décembre

Ca n’aura échappé à personne, c’est l’hiver, et l’hiver bah, il neige. Des tas de vilains trucs blancs et froids se sont déversés sur l’Alsace… brrrrrrr, ça fait froid dans le dos et ça glisse sous les talons aiguille (quelle idée aussi, t’as pas de moon boots ?). Depuis le temps que mamama nous chante « Noël blanc » devant le sapin entre la dinde et la bûche, il était temps que ça arrive. Et de quoi nous auraient parlé les médias si la France entière n’avait pas été bloquée par ces intempéries ? De la crise ? Du chômage ? Des sans abris ? Des vacances de Nicolas et Carlita ? Tu vois, on l’a échappé belle, finalement à part ces quelques centimètres de neige, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil… De quelle crise parle t-on d’ailleurs ? Décembre, c’est le temps des repas en famille, des réconciliations, des embrassades (même belle-maman a eu sa bise, c’est dire), des cadeaux (made in China, rappelle-toi), du saumon fumé, du foie gras, du homard, des truffes en chocolat, du champagne, alors quitte à faire un prêt à la consommation pour ça, faudrait voir à faire comme tout le monde. Surtout ne pas déroger à la règle. Se bousculer aux caisses des supermarchés le 24 décembre avec des produits surtarifés plein le caddie, c’est IMPERATIF. Je fais ma maligne comme ça, l’air de rien, genre « je mange pas de ce pain-là », mais j’y étais aussi, aux caisses des supermarchés, à vouloir acheter coûte que coûte mes noix de St Jacques et mon champagne en promo (faut pas déconner quand même), pas parce que j’aime la foule ou les produits bas de gamme qu’on te refourgue au prix fort, mais parce que partager un bon repas avec les gens que t’aime bah, y’a pas mieux faut dire. Alors tant pis, on oublie que les fêtes sont devenues un commerce ultra rentable, on oublie qu’on se fait prendre pour un lapin de deux semaines à chaque cadeau acheté, on oublie qu’on fait tous partie du même troupeau de moutons et on pense à ceux qui peuvent pas l’acheter leur champagne, même en promo. On pense à ceux qui rêveraient juste d’un café chaud et d’une belle-mère à embrasser le soir de Noël. On pense à ceux qui s’en cognent sévère, eux, que les aéroports soient bloqués et que le foie gras n’arrive pas à temps dans les magasins. On pense à eux et on se dit que finalement, être un mouton dans un troupeau c’est pas si mal, parfois…
Et c’est pas fini, après Noël arrive nouvel an. Je sais, faut pas être journaliste d’investigation pour sortir une connerie pareille ! On sait pas pourquoi mais un jour, quelqu’un a décidé que le 31 décembre, il fallait IMPERATIVEMENT faire la fête et s’en remettre plein la panse pour fêter la nouvelle année. Elle a quoi de spécial l’année d’après ? T’as remarqué une différence, toi, depuis tout ce temps ? Moi non. J’ai toujours espoir qu’en me levant un 1er janvier, je ressemblerais à Monica Belucci mais faut croire que le sort s’acharne. Salaud. J’en étais où ? Au nouvel an… donc t’as bien compris, même si t’es de mauvaise humeur, si t’as une mine de fantôme anémié et que t’as envie de voir personne, mais alors personne, faut te forcer, c’est comme ça, ce soir-là c’est fête à tous les étages, on fait péter les bouchons (de crémant cette fois, le budget a craqué) et on mange, encore. On mange beaucoup, on parle fort et on dit « bonne année et surtout la santé » à tout le monde, sinon ça compte pas.
C’est bon, c’est fait ? Tout le monde s’est souhaité la bonne année et personne ressemble à Monica Belucci ou à Robert Redford (à Robert peut-être, mais pour le reste c’est pas gagné) ? On peut passer à autre chose ? Mais j’oubliais, y’a encore la galette des rois à s’avaler avant de passer aux bonnes résolutions et aux régimes (quand je te disais que chaque année se ressemble…)
Alors, qui aura la fève cette fois ? On sait pas trop. Par contre on a trouvé le roi, enfin le roi des cons j’veux dire, et on s’en prend au bas mot jusqu’en 2012.

Courage camarade et surtout, bonne année de toute l’équipe TONIC !

Alexandra Vallat

Tonic 132 - Janvier 2010

Tonic 132 – Janvier 2010

1 janvier 2010 à 12:00 - Aucun commentaire

Mulhouse
Bockel veut des journalistes tenus en laisse

Brunstatt
Francis Flury, le maire qui fait de drôles de procès

Sélestat
«Berceau» du sapin de Noël ?

Mulhouse
Bockel honore bien mal Jean Grimont

Sélestat
Le vieux Sélestat trop souvent affligé de diarrhée sonore !

Affaire Bigart — Weil
La faute d’un enquêteur fabulateur selon le juge…

Schiltigheim
Quand le maire pète les plombs

L’Outre-Forêt
Terre du gourou ?

Elections régionales
L’Alsace rétrograde en 2ème division

Un beau conte de Noël
SNCF et les flics pour 4,80 euros

Mertzwiller
Lotissement dans l’impasse ?

Avocat de Strasbourg
Les élections du bâtonnier annulées ?

Altkirch
Petits arrangements entre amis

Mulhouse
Le FN réclame (encore et encore) la démission de
Michèle Striffler l’adjointe au commerce

Mulhouse
Les régimes draconiens des élus mulhousiens

Mulhouse
L’histoire d’amour (partagée ?) entre Patrick
Binder et l’Alsace

Kaltenhouse
Intoxication au monoxyde de carbone :
négligence ou excès de confiance ?

Politique-fiction…
J’ai amené ma grand-mère chez Besson et le préfet

Wasselonne
Gestion catastrophique ou petits arrangements entre amis (aussi) ?

Haguenau
La tranquillité publique mise à mal !

Ungersheim
Le plus mauvais maire de l’année

Haguenau
Le divin Claudius Imporator Maximus :
nouvel empereur pour des jeux et de la comm

Avis de grosses dépressions sur l’Alsace en 2010(1)

Ne t’inquiètes pas, rien à voir avec la météo. De ce côté, ce n’est plus un avis de dépression, mais carrément un avis de décès. C’est foutu, tout ça parce que les grands de ce monde ont merdé à Copenhague, et que tu n’es pas capable d’aller au bout de la rue sans ta bagnole. Tous responsables, sauf moi. Ecolo devant l’éternel, je me suis exprès fait piquer mon permis par les keufs pour être sûr de ne pas polluer. Je prends le train, ce n’est pas triste, tu verras plus loin.

Il doit nous rester une bonne cinquantaine d’années avant que la planète ne soit engloutie sous les eaux du Pôle Nord, alors on va les vivre à donf. Viva 2010 !

Première impression du premier janvier : rien n’a changé. À peine le nez dehors, j’ai compris qu’en 2010, les cons seront toujours aussi cons. Après tout, positivons! C’est bon pour remplir les pages de Tonic, mais s’ils continuent à se multiplier de la sorte, qui va encore nous lire, hein ?

Pour Tonic, la grosse dépression c’était 2009. Maintenant c’est moins pire! Votre magazine sera à nouveau tous les mois chez les bons marchands de journaux ou dans votre boîte aux lettres. Il nous reste encore quelques papiers à régler, chatouiller Coco, bâillonner Adam… des bricoles ! Et on repart comme en 1997 gonflés à bloc grâce à une équipe soudée et des lecteurs formidables et généreux. À part la fin du monde climatique, rien ne peut nous arriver.

On repart pleins de bonnes résolutions, un Tonic avec plus d’enquêtes, plus d’humour, plus de plein de choses et un peu de Pinot Noir, que je continuerai à consommer avec modération, pour soutenir les viticulteurs alsaciens.

Non ! les grosses dépressions, je les vois du côté du Wacken, un gros avis de tempête règne déjà dans les couloirs du Conseil régional, et m’est avis que les locataires du Palais ne passeront pas l’hiver. Il y en a, ils sont élus depuis si longtemps qu’il va falloir consulter un paléontologue pour les déloger.

Oui, l’UMP peut perdre l’Alsace, le petit nerveux à Paris qui va en faire une tête. Et malheureusement pour lui, pas une tête de plus !(2)

Après ce sera le printemps pour tout le monde, du moins au début, tellement les élus ont la fâcheuse habitude d’en prendre de mauvaises (3) dès qu’ils sont au pouvoir. Tu vas me dire, heureusement, car si nos édiles étaient parfaits, qu’est ce qu’on mettrait dans notre canard ?

Moi, je la sens bien cette nouvelle année, pas toi ?

Mais si, tu verras, et quoi qu’il arrive tu sais que tu peux compter sur nous. C’est si rare les amis pas ces temps de dépression!

Bonne Année 2010

T.H. et toute l’équipe Tonic

(1) Huguette, rien à voir avec toi. Cette année, on va être gentils avec toi
(2) Si t’as pas compris envoie-moi une enveloppe timbrée, je t’expliquerais
(3) Idem