Tonic 178 - Mars 2014

Tonic 178 – Mars 2014

1 mars 2014 à 12:00 - 1 commentaire

Bouxwiller : Un riverain croule sous une avalanche de contraventions !
Zittersheim : Une guerre entre voisins se prépare !
Portrait : Pascal May / Disquaire « La Troccase »
Surbourg : Accusé à tort d’avoir volé du bois
Zimmersheim : Quand les banques se remplissent les poches sur le dos des plus vulnérables !
Sarrebourg : De l’argent pour l’hôpital ou pour le cinéma ?… La municipalité a fait son choix !
Haguenau : La lente descente aux enfers d’une policière municipale
Otterswiller : Municipales à Otterswiller : seppele pour la 7ème fois ?
Bischheim : Sweet home…burger !
Neuwiller-lès-Saverne : Après le mur de la honte, voici le jardin des soupirs !
Herbitzheim : Rouler son monde… La meilleur façon d’obtenir des terrains gratuits !
La Petite-Pierre : Affaire Cléone : des articles qui font des vagues
Pays de Bitche : Qui tient les rênes au Pays de Bitche ?
Marienthal : Haut lieu de piété… attention où vous mettez vos pieds !
Dossier spécial JO d’hiver : Storchy à Sotchi
DOSSIER : Les élections municipales 2014
ZOOM SUR… : L’osterputz, ou le fameux nettoyage de printemps

Le plus intéressant… c’est maintenant !

Dans quelques jours (le 23 et le 30 mars prochains) auront lieu les élections municipales et nous allons élire nos nouveaux conseillers municipaux qui, entre eux, choisiront le nouveau Maire qui gèrera, durant les six prochaines années (officiellement avec, mais souvent sans son équipe) les intérêts de sa commune. Presque toujours, les prétendants à ce poste se font connaître bien avant leur campagne électorale. Ce sont souvent des personnes qui, soit sont mécontentes du travail de celui en place et/ou convaincues qu’il faille du changement pour « ré-booster » la vie communale (c’est souvent le cas dans les petites communes) et ils s’y présentent avec un courage aussi énorme que leur conviction. Ou alors ils sont « maires sortants » et se sentant bien à leur place n’ont pas trop envie d’en bouger… ou, ce sont des individus qui ont fait de la politique leur métier – dans lequel cas l’intérêt dépasse la plupart du temps le simple « bien-être » de leurs concitoyens (le prétexte incontournable pour ces gens) – pour occuper le devant de la scène et pour surtout disposer d’un tremplin qui pourra les catapulter à un poste bien plus éminent (où l’aspect pécuniaire tient tout de même le rôle le plus important).

Mais le plus intéressant dans une élection politique (et ce… quelle qu’elle soit !) n’est pas le résultat du vote en lui-même, mais la manière dont les élus ont réussi à tirer la couverture vers eux.
Et dans cette phase, aujourd’hui, à quelques jours de la consultation, nous y sommes en plein dedans !
Les « sortants » découvrent tout d’un coup qu’ils pourraient, lors de leur prochain mandat, faire des choses qu’ils auraient dû faire durant leur dernier mandat déjà mais, diront-ils, qu’ils n’ont pas pu faire par la faute d’un tel ou d’un autre. « Je vais » ou « Je ferai » sont leurs débuts de phrases préférés suivis d’une ribambelle de promesses qu’ils ne tiendront que très peu ou alors pas du tout.
Leurs opposants ont, eux, une toute autre tactique… celle du : « Moi Maire, je… » également suivi d’un programme à couper la chique à n’importe quel électeur, mais qui, dans les faits, sera aussi efficace que celui de leur adversaire.
Alors va gagner celui qui sait entuber le mieux son électorat, celui qui sait proférer les plus extraordinaires mensonges, celui qui aura la meilleure tchatche, celui qui caressera le mieux dans le sens du poil, celui qui est le plus hypocrite… celui qui sait le mieux jouer au poker menteur !…Et sur ce terrain là il y a de vrais spécialistes !

Mais il faut aussi croire que les électeurs ont l’air d’aimer ça… de se faire enjôler (synonyme : d’entuber !) de temps en temps… histoire de mieux pouvoir critiquer celui qu’ils ont eux même voté ! (Ça ne vous rappelle rien ?) Pour bien faire, il faudrait donc donner sa voix à celui qu’on ne voudrait pas voir diriger la commune… mais là aussi, il n’est pas certain du tout que le problème serait résolu !
Le mieux, c’est encore que chacun aille voter en son âme et conscience, et tant pis s’il met le mauvais ticket dans l’urne… bonne chance !

Que vous soyez de gauche ou de droite, des extrêmes ou du centre, abstentionnistes ou désintéressé(e)s par la politique, pour nous, peu importe votre opinion… toute l’équipe de Tonic magazine vous souhaite… une bonne et agréable lecture de ce nouveau numéro !
Claude Schaeffer



Commentaire

*