Tonic 173 - octobre 2013

Tonic 173 – octobre 2013

1 octobre 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Schiltigheim : Tapage nocturne : les riverains sont excédés !
Voitures électriques : Pas assez de bornes de recharge dans la région
Wingen-sur-Moder : Un bout de plastique dans le taboulé
Haguenau : La petite porteuse d’eau
Alsace : Collation punitive à l’école !
Reyersviller : Un cheval saccage une pelouse… son propriétaire n’assume pas sa responsabilité !
Rosteig : Une volte-face de 180°
Colmar : Rallye mariage !
Metting : En guerre avec son assurance
Bitschwiller-les-Thann : Constructeur fantome à Bitschwiller-les-Thann…
Thann : Huissiers, mandataires judiciaires et liquidateurs : main-basse sur les gens honnetes…
Mulhouse : Les coups volent sous la ceinture
Bettborn : Un trottoir pas pratique pour tout le monde !
Bust : Propriétaires contre locataires : la guerre du feu !
Portrait : Ralph WILLIG, Maître ramoneur
Strasbourg : Défaillances d’arracheurs de dents
Mulhouse : Licenciées de Soléa pour des arrêts maladie
Niederroedern : Coiffeur irresponsable… la cliente n’a pas les moyens de se défendre !
Benfeld : On ne lui remplace pas ses toilettes
Le vétérinaire diagnostique la mauvaise affection : Droit de réponse

DOSSIER : Le Vin en Alsace

La légitime défense

Le 11 septembre dernier un bijoutier niçois a abattu un malfaiteur. Âgé de 19 ans et déjà condamné 14 fois, celui-ci venait de braquer la bijouterie en menaçant le commerçant d’une arme et en le frappant avant de prendre la fuite en scooter.
Quelques jours plus tard, la sœur du jeune homme tué aurait prétendu que son frère n’avait sur lui que des armes factices et que le bijoutier lui aurait tiré dans le dos et l’aurait abattu comme un chien.
Bien sûr que le bijoutier a été mis en examen puisque c’est un fait… personne n’a le droit de tuer !
Pourtant, si cette sœur aussi maternelle avait proposé à son frérot de faire une partie de « T’en fait pas » au lieu de le laisser partir braquer cette bijouterie, il serait encore vivant aujourd’hui.
Mais, visiblement, tout un chacun aurait la possibilité de s’introduire dans n’importe quelle maison ou dans n’importe quel commerce sans y être invité, cagoulé et armé jusqu’aux dents, de menacer et de brutaliser l’occupant, d’emporter n’importe quel objet, de prendre tout l’argent, et ceci en toute impunité tant qu’il n’a pas vraiment décidé de commettre un crime.
Donc, le jour où vous vous faites braquer ne pensez surtout pas user de la fameuse légitime défense puisqu’il semblerait qu’elle ne peut de toute manière pas être retenue pour défendre un bien.

Donc Messieurs les malfaiteurs, profitez-en ! Agressez vos victimes tant que vos coups ne tuent pas et n’ayez surtout pas peur lorsque vous êtes pris car les peines que vous infligera la justice ne seront que fictives. De plus, si vous vous débrouillez bien (une victime qui ose riposter), vous pourrez même porter plainte pour agression physique !

En tant que victime et avant de vouloir agir pour votre défense lorsqu’un agresseur vous braque un Colt 45 sur le front, assurez-vous quand même que les quatre cas d’application de la légitime défense – Agir pour faire face à une atteinte injustifiée à son encontre. Que l’acte de défense soit nécessaire. Que les moyens de votre défense que vous comptez employer soient proportionnés à la personne ou de l’infraction en cours. Que la riposte intervienne au moment de l’agression en cours et non après – soient bien réunies. Sinon, proposez à votre agresseur le café et les « Bredele » sans oublier de lui remettre le double de la clé de votre porte d’entrée ainsi que l’agenda de vos heures de sortie… ça vous évitera de prendre des beignes la fois d’après !

Mais dans quel monde vit-on ?
Une chose est certaine ! Alors que vous êtes en train de finir la lecture de cet éditorial et si jamais vous vous décidiez à prendre du temps pour lire quelques prochains articles dans la foulée, vous ne vous prendrez aucune balle dans le dos et vous ne serez pas abattu comme un chien en essayant de vous enfuir sur un scooter ! Comme quoi… Tonic détourne des bêtises et sauve des vies !

Toute l’équipe vous souhaite bonne et agréable lecture de ce nouveau numéro !

Claude Schaeffer



Commentaire

*