Tonic 170 - juin 2013

Tonic 170 – juin 2013

1 juin 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Niederbronn-les-Bains : On l’oblige à payer le loyer de son appartement… alors qu’elle n’y habite plus !
Mulhouse : Sondage : une vérité qui dérange
Arnaque aux faux annuaires téléphoniques : Une escroquerie qui n’en finit pas !
Wimmenau – Ingwiller : Un radar mal placé
Strasbourg : Drame évité à la maison d’arrêt
Mulhouse : Le vilain petit Qatar dans le nid de nos cigognes
Goetzenbruck : Un tagueur vandalise une maison d’habitation
Wingen sur Moder : Un beau cadeau communal
Politique : Y’a d’la joie, les couteaux sont sortis à Mulhouse
Politique : Appel pour le pluralisme de la presse en Alsace
Coup de gueule de la planète juin
Mulhouse : Centre socioculturel quartier Drouot (suite)
Strasbourg : Pas de pitié pour les colocataires
Fénétrange : Les remparts de la ville s’effondrent
Uhrwiller : Heiratsschwindlerin
Colmar : Sculpteur d’images
Donon – grandfontaine : L’hotelier-restaurateur aurait entamé la construction d’un chalet… sans autorisation !
Mulhouse au fil de l’eau : Le canal du Rhône au Rhin
Rhinau – Friesenheim – Diebolsheim : Pot de terre contre pot de fer
Bliesbruck : On leur a vendu une cuisine contre leur gré
Niederbronn-les-Bains : Mais que se passe-t-il à l’office du tourisme ?
Rencontre : Nicole Spannagel, la femme qui a fait renaître Le Point-Mulhouse.
ça c’est passé en mai
DOSSIER : Les personnes âgées en maisons de retraite

Pluies et émeutes… la météo du futur ?

L’événement majeur, le fait le plus important qui a autant marqué les esprits que l’actualité quotidienne durant tout le mois de mai fut, sans ambiguïté aucune, le temps exécrable qui nous a été servi du 1er au 31. Et il semblerait que ça ne soit pas fini puisqu’aujourd’hui, personne ne sait si c’est le dernier hiver qui se prolonge ou si c’est le prochain qui commence tôt… trop tôt !
Alors que, par une carence évidente d’ensoleillement, la Vitamine D commence à manquer sérieusement, aussi bien chez les adultes que chez les enfants, et qu’il faille remplacer l’action des rayons du soleil sur notre organisme par des apports vitaminés en comprimés, la seule chose qui a vraiment augmenté entre mars et juin est bien le niveau des rivières et des fleuves. Et si jamais – après le printemps qui devrait lui aussi encore montrer qu’il existe – l’été se décidait quand même encore à venir avant la fin de l’année 2013, j’espère tout simplement qu’ils n’iront pas jusqu’à nous décréter une canicule avec restriction d’eau au bout de deux journées à + 25°C !
Une chose est certaine, les gens en souffrent, de ce temps de cochon, aussi bien physiquement que psychiquement. Les salles d’attente chez les médecins sont pleines à craquer et le moral général est à la baisse.
On en a marre du mauvais temps, marre d’un hiver qui n’en finit pas, marre que de l’eau se rajoute là où il y en a déjà assez !
Pourtant, alors que les météorologues se veulent confiants et nous promettent des jours meilleurs pour bientôt, c’est le temps qui leur fait la nique, qui nous fait la nique, et qui décide, seul, de quoi seront faits nos prochains lendemains.

L’autre événement majeur de ce mois de mai qui vient de s’écouler, et qui a aussi frappé les esprits, était l’émeute urbaine qui a eu lieu à Paris, après le 3ème titre de champion de France de football décroché par le PSG. Ce qui devait être une grande fête du foot s’est vite transformée en « guerre » de la rue. Les fauteurs de troubles furent rapidement désignés du doigt. D’abord les « Ultras » de la Tribune Boulogne (des supporters bannis du Parc des Princes), ensuite les hooligans parisiens et enfin les casseurs… !
Et si le vrai responsable de ces débordements, qui ont fait une trentaine de blessés, des vitrines brisées, des voitures brulées et des touristes agressés, était notre météo politico-gouvernementale française ?
Comme l’hiver, la crise nous plombe le moral. Comme la Vitamine D, l’argent commence sérieusement à nous manquer et la seule chose qui augmente depuis des mois est le niveau de la rivière et du fleuve où sont déversés nos taxes et nos impôts. Les gens souffrent de ce temps de cochon, aussi bien physiquement que psychiquement.
On en a marre de ces conditions de vie, marre de cette crise qui n’en finit pas, marre que des chômeurs se rajoutent là où il y en a déjà assez !
On nous promettait un changement… des jours meilleurs pour bientôt !
Le ras-le-bol est général mais peu de personnes osent encore vraiment l’extériorisé sauf ceux qui s’immiscent dans des mouvements de protestation quelconques où ils peuvent lâcher leur déception et leur dégoût de la politique menée.
Un début de révolution ?

Toute l’équipe de Tonic vous souhaite un ensoleillé mois de juin.
Claude Schaeffer



Commentaire

*