Tonic 167 - Mars 2013

Tonic 167 – Mars 2013

1 mars 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Collectivité territoriale d’Alsace : Un ticket ministériel pour Philippe Richert ?
Berstheim : Le passager voulait ramasser le GPS… il prend une amende de 90 euros !
Colmar : Sondage électoral
Hôpital de Sarre-Union : Des pâtes au beurre pour les « p’tits vieux » !
Social : L’inhumanité, ras le bol !
Sarrebourg : Rien que de la misère… stop !
La Walck : Droits à la retraite… une loi incompréhensible !
Agglomération mulhousienne : Après les pigeons les dindons
Portrait : Denis Rambaud, premier adjoint de la Ville de Mulhouse
Mulhouse : Il était une fois aux urgences
Coup de gueule de la planète mars : Les policiers passent et la misère reste !
Club hippique de Saverne :Licencié pour avoir nourrit des chats !
Bining : Guerre entre voisins : c’est le tribunal qui décidera !
Lingolsheim : Elle héberge des amis qui lui font quitter son appartement !
Strasbourg : Immatriculé dans les Vosges, il paie 200 euros de plus qu’un client strasbourgeois !
Mulhouse : Les coquelicots sont chers à mulhouse cette année
Oberhoffen s/Moder : Un véhicule (quotidiennement ?) en infraction
Rencontre : Hubert Kempf, Créateur et restaurateur de vitraux
DOSSIER : Troubles de voisinage… bien vivre avec votre voisin !
Juridique : Les droits des personnes handicapées I. L’accès à la scolarité
Interview décalée : Tonic ton maire : Jacques Bigot

Allons danser !

Connaissez-vous Jacques, Bibi, Jimmy et Jacky ?… Non ?… Certainement oui pour quelques-uns d’entre vous et certainement non pour les autres. Pourtant, ils le méritent… d’être connus !

Dans cet édito, et en ce tout début du mois de mars – qui va sonner le glas de l’hiver, durant lequel les journées vont être vraiment de plus en plus longues, où les rayons du soleil réchaufferont déjà assez la terre pour que les premières fleurs percent, où l’on s’occupera des premier semis – j’ai décidé de ne pas vous parler de crise monétaire ou sociale, d’avenir noir, d’hiver pourri, de la Collectivité Territoriale, d’un Gérard qui fout le camp ou d’homosexuels qui ont désormais le droit de s’enfiler… un anneau autour du doigt !

En ce début du mois de mars, j’ai décidé de fermer l’œil qui ne voit que le mal, la souffrance et les difficultés et de laisser ouvert celui qui ne voit que le bien, le merveilleux et l’agréable. Regardons pour une fois les bonnes choses. Le printemps qui arrive, la vie qui reprend, les oiseaux qui rechantent et cette nature toute entière qui sort de sa torpeur… Quel bonheur !

Bientôt la gent féminine pourra à nouveau se balader sans se couvrir l’épiderme jusqu’au ras du cou, même si les jupes courtes ne sont pas encore tout à fait de saison. Les terrasses devant les bistrots, les amer-bière et le Pinot Noir réapparaîtront eux aussi lors des journées les plus clémentes et la gent masculine pourra également pleinement jouer de son charme, de sa virilité et de sa vigueur retrouvée devant ces dames qui arboreront une féminité printanière.

Les deux meilleures saisons de l’année sont devant nous. Nous entrons de plain-pied dans ce cycle où les fourmilières grouillent, où tout le monde a des idées plein la tête et le courage de les transformer en actes plein les tripes. Alors, soyons nous aussi fourmis… mais cigales également !

Et c’est là que réapparaissent Jacques, Bibi, Jimmy et Jacky puisque ces quatre là sont des vendeurs de bonheur, des semeurs de joie. Bien sûr, il y en a d’autres comme eux qui s’évertuent à la même discipline et ils ne sont pas toujours quatre. Souvent seul, à deux, trois, quatre, cinq ou même plus… leur mérite est de nous rendre heureux !

Jacques, bibi, Jimmy et Jacky sont musiciens. Leur groupe s’appelle « Les Marley Brown » et ils font rêver, danser et chanter les fourmis/cigales.

Pour l’avoir testé, je peux vous dire que ça marche ! J’en suis même devenu un adepte invétéré et désormais je les suis, tous les dimanches – peu importe où ils posent leurs instruments – entre l’écriture du début d’un article le matin et sa finition le soir.

Moi fourmi, je me fais donc cigale, le temps de quelques heures, en veillant à ne laisser ouvert que l’œil qui ne voit que le bien, le merveilleux et l’agréable, en veillant surtout à laisser fermé celui qui ne voit que le mal, la souffrance et les difficultés. Le monde devient alors extraordinaire et on aimerait rester borgne toute sa vie.

Donc, allons danser et le monde n’en sera que plus beau…

Toute l’équipe de Tonic magazine vous souhaite bonne lecture de ce nouveau numéro et un début de printemps doux et chaleureux… s’gilt !

Claude Schaeffer



Commentaire

*