Tonic 166 - Février 2013

Tonic 166 – Février 2013

1 février 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Rothbach : Qui veut la peau du boulanger ?
Zinswiller : Bientôt une invasion de mouches ?
Volmunster : Syndicat des eaux : Le président joue avec la santé de ses concitoyens !
Mulhouse : La leçon d’Arlette Grosskost à Jean Rottner
Huttendorf : Le maire offre la TVA aux acquéreurs de terrains
Keskastel : Une femme sdf… du camping à la rue !
Bining : Le contribuable, devra-t-il payer plusieurs milliers d’euros ?
Weitbruch : La Poste fait l’erreur… la cliente paie !
Mulhouse (quartier Drouot) : La sécurité c’est bien… en abuser ça craint !
Haut-Rhin : Dysfonctionnements à la tête de la direction des routes et des transports
Rencontre : Auguste Bechler
Bouxwiller : Plus d’illuminations de Noël pour la boulangerie Éliane !
Saverne : La banque perd un chèque de 150 000 euros
Rencontre : Richard Dujardin
DOSSIER : La crise
JURIDIQUE : Dispositifs solidaires pour faire face à la crise
DÉCOUVERTE : Le sanctuaire Notre-Dame de Dusenbach
Interview décalée : Tonic ton maire : Bertrand Ivain

Ensemble dans la crise

Peu importe aujourd’hui qui en sont les responsables, peu importe de savoir comment elle a commencé, peu importe de situer sa fin à une année ou une date bien précise… la crise est là !
La crise est là et on nous ment. Ou alors on ne veut pas nous dire la vérité, ce qui revient à peu près au même. Les politiques la minimisent… et François Hollande en premier ! Pour s’en rendre compte, il n’y a qu’à observer ce qui se passe autour de nous. Le taux de chômage grimpe mois après mois, les usines ferment les unes après les autres, les enseignes internationales quittent le pays, les entreprises moyennes ont de plus en plus de mal à garder leur niveau vital et on ne parle même pas des petites structures dont les patrons ne savent même pas s’ils vont réussir à finir l’année et encore moins à quel Saint se vouer.
Et puis, il n’y a qu’à regarder dans notre propre portemonnaie. La fonte de nos économies est devenue et deviendra, pour ceux et celles qui n’y croient pas encore, beaucoup plus contraignante et désespérante que celle des glaces du cercle polaire.
Qu’on le veuille ou non, la France va mal, et ce sera de pire en pire !
Bien sûr que certains s’en sortiront mieux que d’autres mais, dans les prochaines années, plus d’un, qui se sent aujourd’hui encore intouchable, fera partie des pauvres gens de ce pays. Le France va mal et la plupart des Français ne mesurent même pas l’ampleur des dégâts que cette crise (qui ne fait que commencer) va ramener avec elle. Tous les voyants sont au rouge.
Il ne s’agit pas de faire dans le catastrophisme. Mais, s’abandonner à un déni de réalité, à une naïveté coupable et croire que l’avenir sera rose et que les jours deviendront meilleurs dans les prochaines années, est qualifiable de non assistance à un peuple en danger.
De solutions, il n’y en a point ! Et il ne faut pas attendre de nos politiques qu’ils en trouvent une… qu’ils soient de gauche ou de droite.
Seuls le temps et les conditions géo-politico-industrielles remettront tout en place, mais d’ici quelques décennies seulement.
Jusque-là, il ne reste donc qu’à subir cette crise et se préparer dès maintenant à passer ces années de vaches maigres avec le moins de casse possible.
Pour y arriver, l’entraide est une bonne alternative et deviendra inévitable même.
Pour apporter sa pierre à l’édifice, Tonic Magazine a décidé de devenir « votre porte parole » pour permettre à chacun d’entre vous de partager sa, ou ses méthodes anticrises.
De la recette de cuisine simple et pas chère au placement financier le plus judicieux du moment… du bricolage malin à votre manière économique de rouler en voiture… toutes les idées se partagent.
Ainsi, tous les mois, nous publierons vos astuces et vos méthodes pouvant rendre un peu plus commode la vie de tous les jours. N’hésitez donc pas à nous les envoyer, par lettre ou par mail, puisqu’ensemble contre la crise… est le meilleur moyen de s’en sortir !
Tout l’équipe de Tonic Magazine vous souhaite de passer un agréable moment avec ce nouveau numéro… s’gilt !
Claude Schaeffer



Commentaire

*