Tonic 159 - Juin 2012

Tonic 159 – Juin 2012

1 juin 2012 à 12:00 - Aucun commentaire

Mulhouse :
Pas d’enfance au Nouveau Drouot ?

Colmar :
Muscles et sueur

Enchenberg :
Le mur de l’église a disparu

Drulingen :
Erreur médicale : La patiente a failli perdre la vie

Du Sundgau aux 3 Frontières :
Alain Koegler dans les starting-blocks

Lambach (Moselle) :
Le tribunal annule la vente du chemin communal

Analyse du vote Front National en Alsace

Colmar :
200 gr de liberté d’expression

Waltenheim sur Zorn :
Jamais sans ma fille…

Rencontre avec Maître Muriel Thielen

Nuit des musées :
À Mulhouse la nuit tombe à 14h

Ingwiller :
Un banquier voleur

Communauté de Communes de l’Alsace Bossue :
Fiché pour retirer des sacs poubelles

Wasselonne :
Une invasion de rats

Mulhouse :
Au «JR Mulhouse Circus», le spectacle est permanent…

Ungersheim :
La vie est une question de priorités !

Haute Vallée de la Bruche :
Spolié dans la succession de ses parents

Législatives :
Les belles conneries de nos politiques

Canton de Hochfelden :
Deux mamans pour un bébé

Petersbach :
Des coups de pieds pour le chat

Schweighouse-sur-Moder :
Les enseignants du collège affichent leur joie

Plaine – Diespach :
La décharge est toujours là !

Allons enfants de la patrie, les années noires vont arriver !

La France a un nouveau Président… François Hollande.
Avec 51,62 % des suffrages, il est devenu le septième Président de la Ve République.
Le programme du « candidat » Hollande devait être plus alléchant que celui de son rival !
La création dans l’Éducation Nationale de 60 000 postes, l’augmentation de 25 % de l’allocation de rentrée scolaire, l’accueil des enfants de moins de 3 ans en maternelle, la création de 2,5 millions de logements intermédiaires, sociaux et étudiants, les 150 000 emplois d’avenir pour l’insertion des jeunes, les 500 000 « contrats de générations », la fin du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, la taxation des transactions financières, l’imposition à 45 % pour les revenus supérieurs à 150 000 euros et 75 % pour les revenus au-dessus d’un million, le droit de vote pour les étrangers non communautaires aux élections locales, le droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels ou encore la renégociation du traité européen ont sûrement été autant de mesures qui ont fait pencher la balance du côté du candidat socialiste.
Aujourd’hui une question se pose. A-t-il (le candidat Hollande) cédé à la facilité d’une liste de promesses ?
Le Président Hollande doit maintenant trouver 100 milliards d’euros – somme représentant le niveau record d’endettement du pays et de la crise – pour rétablir les finances. François Hollande fera porter l’effort sur la fiscalité qui sera rééquilibrée, en taxant le capital autant que le travail, au nez et à la barbe des classes moyennes supérieures.
Le « candidat » Hollande a bien alerté sur la gravité de la crise et sur l’étroitesse du chemin, mais la cure d’austérité sera infiniment plus rude que prévue.
Aujourd’hui la France voit la vie en rose… demain elle verra peut-être rouge.
Son rival aurait-il été plus compétent pour protéger la France de cette crise ?
Certainement pas !
Aussi, celui qui a été élu le 6 mai dernier sera indéniablement le plus mauvais Président de la Ve République puisqu’on lui reprochera d’enfoncer encore plus notre pays dans les eaux profondes de la crise, incapable d’y faire face, ne serait-ce que d’un iota.
Alors, que faire ?

Aux Etats-Unis d’Amérique est apparu, il y a quatre ans, un nouveau courant anticrise et des centaines de milliers de personnes en sont adeptes : la consommation collaborative.
En France, la tendance a aussi pris son élan. Pour tenter de contourner cette crise qui approche, une nouvelle façon de consommer devient nécessaire. La consommation collaborative qui englobe certaines formes d’échanges directs entre particuliers est une assez bonne stratégie anticrise.
L’échange de logements pendant les vacances ou le covoiturage sont légion depuis quelques années déjà. Voilà qu’on échange des fruits et des légumes du potager, des habits, des chaussures, des livres, des bijoux, des disques… etc. On partage sa machine à laver, sa tondeuse, son outillage et on fait des achats groupés.
En 2007, 27 % des Français avaient déjà goûté aux achats de seconde main, ils sont actuellement… 41 %.
Avec un pouvoir d’achat en berne, cette nouvelle tendance consumériste est peut-être une des meilleures stratégies pour mieux gérer son budget.
Pourquoi dépenser toujours plus lorsqu’on peut revendre ou acheter en commun, partager, échanger ou louer ?
Allons enfants de la patrie, les années noires vont arriver !

Toute l’équipe de Tonic magazine vous souhaite bonne lecture de ce nouveau numéro… s’Gilt !
Claude Schaeffer



Commentaire

*