Tonic 144 - Février 2011

Tonic 144 – Février 2011

1 février 2011 à 12:00 - Aucun commentaire

C’est carnaval !
Patrick Binder (FN) enfile à Mulhouse le costume de Robin des bois !

Brunstatt
L’ex maire se ramasse aussi à l’appel

Goxwiller
Il faut déneiger la moitié de la chaussée

Mulhouse
Le maire Jean Rottner à la conquête de l’opinion !

Kaltenhouse
Les couilles du maire

Colmar
Agenda 2011

Sélestat
Bruit et santé

Strasbourg
C’était son jour de chance

Hôpital de Saverne
Hygiène à surveiller

Mittelbronn
Le curé limoge le chef de chœur

Wingen-sur-Moder
Les élus bafouent la solidarité communale

Schiltigheim
Nisand le boulimique

Soultzmatt
ça assure pas !

J’accuse !

Wingen-sur-Moder
L’autocariste laisse tomber ses clients

Colmar
Ville calme

Haguenau
Attention nouveaux radars !

Fort-Louis
Le maire n’honore pas ses aînés

Saint-Louis
L’ancien proviseur a été jugé pour harcèlement moral

Mines de potasse d’Alsace
D’anciens mineurs spoliés ?

Strasbourg
Rififi à l’UNIAT

Mulhouse
Ces comiques qui nous gouvernent ou prétendent le faire…

Oberbronn
Les contribuables payent le jouet au maire

Otterswiller
Les fourberies de Seppele

Alsace
Les suppressions d’enseignement des langues

Alsacien d’ailleurs
Récit d’un électron libre

Ensisheim
Ouvrez l’écrin

Haguenau
Agression au collège Kléber (suite)

L ’amour en solde ?

Tu vois lecteur, quand on te disait que cette nouvelle année serait identique à la précédente… La preuve, tu es là, tranquillou, en train de lire ton Tonic. On est là, pas tranquillou du tout, à te le fabriquer. Tu as fait ton régime hyperprotéiné de 10 jours (nous aussi), tu ne ressembles toujours pas à un Top Model (nous non plus), t’as toujours la même belle-mère (nous aussi) et tu commences 2011 en raclant les fonds de tiroirs (bah oui ! nous aussi). Faut dire que les fêtes de fin d’année n’ont jamais arrangé les comptes de personne, et les brioches gonflent au même rythme que les poches se vident !
Je ne sais pas si t’as remarqué, mais chez nous, y’a toujours de bonnes occasions de se faire plumer et d’afficher de nouveaux kilos au compteur. Que nous réserve février ? Bah les crêpes de la chandeleur ! Economiquement ça va, mais si tu les fourres (les crêpes, espèce d’esprit mal tourné) au nutella (chez Tonic on cite les marques, on est des oufs), c’est ta brioche que tu pourras fourrer à la pâte à tartiner. Mais je m’égare, février c’est surtout le mois de… je te le donne en mille… Quoi ? T’as oublié ? Tu te rappelles plus bien ? Le 14 février, la Saint Valentin, LE truc à ne pas manquer ! Et là, économiquement, autant te le dire tout de suite, c’est carrément la débandade (économiquement seulement, pour le reste tu es seul juge) !
Le 14 février on fête l’amour paraît-il, le romantisme, c’est le moment ou jamais de chercher une poésie toute faite sur Internet et de l’offrir à l’homme ou à la femme de sa vie… ça c’est du lourd, tu seras, le temps d’une soirée, le Baudelaire des temps modernes. Mais ça ne suffit pas, sache-le avant de mettre ta vie en danger et de finir comme un chien errant, à gratter le paillasson devant ta porte ! Le romantisme ne suffit plus, qu’on se le dise ! Le romantisme ma bonne dame, c’est pas super rentable… manger des spaghettis en amoureux devant « Coup de foudre à Nothing Hill » après avoir lu le petit poème qui va bien, ça n’a jamais sorti un pays de la crise.
Maintenant il faut impérativement acheter des cadeaux à 800 euro (ou plus, t’as le droit aussi), le cadeau le plus cher étant évidemment le reflet de l’amour le plus grand ! Si tu offres une rose rouge, tu risques de passer pour un radin ou un ringard, ou les deux. Si tu n’offres rien parce que cette célébration formatée de l’amour te rase au possible, attends-toi à être brûlé vif sur le bûcher de la honte. Au mieux, tu finiras sur le paillasson (cf. ci-dessus). Alors tu prends sur toi, tu raques et tu offres à l’amouuur de ta vie le dernier smart phone (ça c’est romantique), une tenue Chanel (quoique, c’est has been ça non ?), un sex toy aérodynamique (c’est tendance), je sais pas, tout ce qui te vient à l’esprit (sois inventif un jour dans l’année, merde !) et tu l’invites à manger des sushis (cher, à la mode, diététique et contrairement aux crêpes, t’as des chances de conclure après) ! Par contre, j’espère que t’as réservé ta table depuis 2009, si tu veux pas finir au Mac Do (et là, pour conclure, va falloir être inventif). Bref, si tu veux pas avoir à changer de belle-mère à l’insu de ton plein gré (tu sais ce que t’as, tu sais pas ce que tu vas récupérer), tu fais preuve d’inventivité et tu fais craquer ton livret A (tu sais le truc rémunéré à 0.5%, ah non j’oubliais, en février il va prendre du galon, tu vas faire de ces économies pour le 14 février 2012…).
Mais rassure-toi, le 15 février la vie reprendra son cours, on pourra se décrisper, raconter des blagues salasses, péter au lit, être nous-mêmes quoi ! On sera juste un peu plus fauché que la veille, c’est pas grave, on ne manque pas d’entraînement. Personnellement (mais tu fais ce que tu veux) j’ai décidé de ne jamais fêter la Saint Valentin, ça permet d’être soi-même aussi le 14 février !
La célébration de l’amour a pourtant de beaux jours devant elle, les Français étant d’infatigables romantiques, attachés aux traditions et aux valeurs familiales. On n’arrête plus les French lovers, en témoigne le dernier sondage sur la natalité effectué par l’INSEE. La France est la championne européenne des naissances, et le mariage a lui aussi le vent en poupe. Eh non la crise n’aura pas notre peau, en France on fête l’amour, on fête la vie, on donne la vie, on mange, on boit, on rit ! Alors que les politiques de tous bords nous promettent la fin du chômage, de l’insécurité, de la sinistrose (bah oui, l’échéance 2012 approche !), on a décidé de s’en sortir par nous-mêmes et d’en revenir à ce qu’on maîtrise le mieux, l’amour, qu’il passe ou non avec succès l’examen de la Saint Valentin !
Alors lecteur, n’oublies pas de dire à ceux que tu aimes que tu les aimes, mais fais-le aussi le 15 février, et tous les autres jours de l’année. Et si tu es en panne d’inspiration, pense à un cadeau original et pas cher : un abonnement à TONIC !

Bonne lecture et amitiés de toute l’équipe,
Alexandra Vallat



Commentaire

*