Tonic janvier 2011

Tonic 143 – Janvier 2011

1 janvier 2011 à 12:00 - Aucun commentaire

Sélestat
D’r Herr Maire und sini « Miss »

Goxwiller
Madame le maire s’accorde un privilège…
et les contribuables payent !

Le Don Quichotte qui a fait condamner un avocat

Histoire
Quand les Alsaciens peuplaient l’Amérique

Thierry Kranzer
Un Alsacien à New York

Herbitzheim – Sarralbe
Des apprentis voleurs

Enchenberg
Le curé sabote la fête !

Câble
On a muté mon France 3 dans le Haut-Rhin

Snif !
Bockel, détenu libéré

Voyage à Luxembourg
Un modèle pour l’Alsace ?

Mulhouse
Il boude le petit garçon ?

Gérard Leser
Historien, folkloriste et passeur de légendes alsaciennes

Mulhouse
Le merveilleux marché de Noël de mister Walter

La Petite-Pierre
Chaufferie collective au bois : le flop !

Région Alsace
Évaluation des hôpitaux sur les infections nosocomiales

Colmar
Re « chaussée » vous !

Reichstett
La raffinerie ferme ses portes

Strasbourg
Buralistes en colère

Sélestat
On lui vend de l’or… à prix d’or !

Bas-Rhin
Pas de sangliers radioactifs

Haguenau
Agression au collège Kléber

***********************************

Cette année, Noël tombe un 25 décembre

Ca n’aura échappé à personne, c’est l’hiver, et l’hiver bah, il neige. Des tas de vilains trucs blancs et froids se sont déversés sur l’Alsace… brrrrrrr, ça fait froid dans le dos et ça glisse sous les talons aiguille (quelle idée aussi, t’as pas de moon boots ?). Depuis le temps que mamama nous chante « Noël blanc » devant le sapin entre la dinde et la bûche, il était temps que ça arrive. Et de quoi nous auraient parlé les médias si la France entière n’avait pas été bloquée par ces intempéries ? De la crise ? Du chômage ? Des sans abris ? Des vacances de Nicolas et Carlita ? Tu vois, on l’a échappé belle, finalement à part ces quelques centimètres de neige, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil… De quelle crise parle t-on d’ailleurs ? Décembre, c’est le temps des repas en famille, des réconciliations, des embrassades (même belle-maman a eu sa bise, c’est dire), des cadeaux (made in China, rappelle-toi), du saumon fumé, du foie gras, du homard, des truffes en chocolat, du champagne, alors quitte à faire un prêt à la consommation pour ça, faudrait voir à faire comme tout le monde. Surtout ne pas déroger à la règle. Se bousculer aux caisses des supermarchés le 24 décembre avec des produits surtarifés plein le caddie, c’est IMPERATIF. Je fais ma maligne comme ça, l’air de rien, genre « je mange pas de ce pain-là », mais j’y étais aussi, aux caisses des supermarchés, à vouloir acheter coûte que coûte mes noix de St Jacques et mon champagne en promo (faut pas déconner quand même), pas parce que j’aime la foule ou les produits bas de gamme qu’on te refourgue au prix fort, mais parce que partager un bon repas avec les gens que t’aime bah, y’a pas mieux faut dire. Alors tant pis, on oublie que les fêtes sont devenues un commerce ultra rentable, on oublie qu’on se fait prendre pour un lapin de deux semaines à chaque cadeau acheté, on oublie qu’on fait tous partie du même troupeau de moutons et on pense à ceux qui peuvent pas l’acheter leur champagne, même en promo. On pense à ceux qui rêveraient juste d’un café chaud et d’une belle-mère à embrasser le soir de Noël. On pense à ceux qui s’en cognent sévère, eux, que les aéroports soient bloqués et que le foie gras n’arrive pas à temps dans les magasins. On pense à eux et on se dit que finalement, être un mouton dans un troupeau c’est pas si mal, parfois…
Et c’est pas fini, après Noël arrive nouvel an. Je sais, faut pas être journaliste d’investigation pour sortir une connerie pareille ! On sait pas pourquoi mais un jour, quelqu’un a décidé que le 31 décembre, il fallait IMPERATIVEMENT faire la fête et s’en remettre plein la panse pour fêter la nouvelle année. Elle a quoi de spécial l’année d’après ? T’as remarqué une différence, toi, depuis tout ce temps ? Moi non. J’ai toujours espoir qu’en me levant un 1er janvier, je ressemblerais à Monica Belucci mais faut croire que le sort s’acharne. Salaud. J’en étais où ? Au nouvel an… donc t’as bien compris, même si t’es de mauvaise humeur, si t’as une mine de fantôme anémié et que t’as envie de voir personne, mais alors personne, faut te forcer, c’est comme ça, ce soir-là c’est fête à tous les étages, on fait péter les bouchons (de crémant cette fois, le budget a craqué) et on mange, encore. On mange beaucoup, on parle fort et on dit « bonne année et surtout la santé » à tout le monde, sinon ça compte pas.
C’est bon, c’est fait ? Tout le monde s’est souhaité la bonne année et personne ressemble à Monica Belucci ou à Robert Redford (à Robert peut-être, mais pour le reste c’est pas gagné) ? On peut passer à autre chose ? Mais j’oubliais, y’a encore la galette des rois à s’avaler avant de passer aux bonnes résolutions et aux régimes (quand je te disais que chaque année se ressemble…)
Alors, qui aura la fève cette fois ? On sait pas trop. Par contre on a trouvé le roi, enfin le roi des cons j’veux dire, et on s’en prend au bas mot jusqu’en 2012.

Courage camarade et surtout, bonne année de toute l’équipe TONIC !

Alexandra Vallat



Commentaire

*