Tonic 138 – Juillet/Août 2010

Tonic 138 – Juillet/Août 2010

1 juillet 2010 à 12:00 - Aucun commentaire

Mussig
Apologie du décibel

Guebwiller
Festival « Bilingo » en faveur de la langue régionale, 5ème !

Climbach
Tous logés à la même enseigne ?

Denis le Rouge hésite entre
le look Rambo et Indiana Jones…

Quand la « Musik » est bonne…

Mulhouse
Alpinisme obligatoire au zoo

Geudertheim
Une commune en « serré » !

Harskirchen
Attentat à la nature

Mulhouse
Un bilinguisme affiché !

Le FN patine en Alsace et se fissure

Région Lorraine : Meisenthal
Des ralentisseurs en pleine montée !

Vente par correspondance
Que le haut à mettre !

Jean-Marie Bockel est t’il toujours connecté ?

Acte de naissance d’« Eltern Alsace »,
en présence de Marcel Bauer, Maire de Sélestat

Rosteig
L’école maternelle en sursis ?

Geudertheim
La fin de l’Arbre Vert

Eschbourg
Pas de retraite pour les militaires ?

Hatten
Un homme détruit

Kaltenhouse
Bonjour Monsieur le Maire !

Ecologie
Rallye or not Rallye ?

Kunstkartoffelacker 2010

Délégation alsacienne reçue au Südtirol

Dettwiller
Quand la médecine française défaille

Mulhouse
Bravo Michèle !

L’extraordinaire itinéraire de
Roger Hassenforder le Magnifique

Oberhoffen-sur-Moder
Discrimination ?

Mulhouse
Les improbables œuvres de Tobias Rehberger

Puberg
La promesse de Richert… 10 ans déjà !

Restauration
Baisse de la TVA… les restaurateurs nous prennent pour des cons !

Sélestat
Détonations guerrières et droit à la tranquillité

Radar
« Sarkozy, je te vois ! » (1)

Gries
Tremblement de terre : suite et fin

Crise
Partons en vacances, vite, car la rentrée sera chaude

Les vacances de l’humour

ça y est, cher lecteur, l’été pointe le bout de son nez. Après un printemps apocalyptique, le ciel a décidé de nous laisser un petit coin de ciel bleu et l’occasion de mettre enfin les tongs roses et le petit shorty tout en strass achetés en solde l’été dernier. Bon ok j’ai jamais acheté ça (mon homme me dit que je ressemble à un roulé de porc là-dedans… mauvaise langue va) mais quand même, ça fait du bien d’oublier pour un temps les mi-bas (très sexy, ça aussi) et les bottines en peau de zèbre. Vive les terrasses de café, les piscines, les odeurs de monoï, les bonnes blondes bien fraîches (du calme Robert, je parle des bières), les soirées à rallonge et les vacances. Les vacances… c’est quoi de nouveau ce truc ? Ah oui, c’est le moment de l’année où t’as le droit de rien faire du tout, de te lever à midi si t’as envie et t’es payé quand même c’est ça ? Y’a des jours comme ça, où j’me dis que la vie est belle… Ok ok, je suis d’accord avec toi, à part le soleil rien n’a changé, tout le monde il est pourri, la crise continue à nous faire les fonds de tiroir et t’as franchement envie de tirer dans le tas, mais garde ça pour l’automne. De toute façon les plus pourris ont déjà pris leurs billets d’avion pour les Seychelles, et nous, on a tout juste les moyens d’aller s’entasser sur les plages du Sud avec la glacière remplie de sandwichs au pâté. Quoi et alors, le pâté c’est bon aussi… parfois… quand y’a rien d’autre.
Les vacances, c’est aussi un vide médiatique abyssal… Chaque année c’est la même rengaine mais j’arrive encore à m’étonner d’un tel néant, bah oui, quand je te parlais de mes racines blondes, je te mentais pas. À la télé comme à la radio, on t’assomme de rediffusions et autres best-of sortis tout droit du soutien-gorge de Loanna. Si encore les télévisions et radios publiques nous offraient le reste de l’année des programmes acceptables, je sais pas moi, des films qui datent pas des années 80, des enquêtes qui sortent des traditionnels « Cindy, 16 ans, veut se faire liposucer », « les jeunes et la prostitution », « j’ai épousé le premier mari de ma mère », des émissions de radio qui ne parlent pas uniquement de fesses et de concours de pets, je serais prête à pardonner ces deux mois d’été pathétiques. Mais là…se farcir des best-of d’ « extraordinaires talents », de « confessions intimes » et autres fonds de poubelle, c’est une insulte à l’intelligence et un manque de respect manifeste. Si c’était pas aussi grave, ça pourrait presque être drôle, mais l’humour ma bonne dame, ça aussi ça se perd. Regarde un peu ce qui se passe sur Radio France, qui n’a pas attendu l’été pour creuser son vide médiatique… Stéphane Guillon et Didier Porte se sont faits virer comme des malpropres parce que l’humour, paraît t-il, a des limites. Lesquelles au juste ? Celles du pouvoir en place, à deux ans à peine des prochaines élections présidentielles ? Ces moments d’humour caustique, ces joutes verbales à la fois brillantes et décomplexées me donnaient l’impression de vivre dans un pays libre. Ce n’était qu’un leurre. Dommage. Dommage pour eux, dommage pour nous, dommage pour la liberté de la presse et pour cette saison médiatique qui tiendra une fois de plus ses grandes promesses de médiocrité.

On te propose donc, lecteur, de passer l’été en Alsace, radio et télévision éteintes, à savourer ton nouveau Tonic, un peu plus touffu que d’habitude… vacances oblige ! Chez nous pas de best-of, pas de remâché, pas de vieux fonds de placards mais du frais et du croustillant, servi sur un plateau. Comme tous les ans, on se retrouve début septembre pour de nouvelles aventures et une rentrée en fanfare.
En attendant, bons baisers de toute l’équipe et bonnes vacances !

Alexandra Vallat



Commentaire

*