Tonic 135 - Avril 2010

Tonic 135 – Avril 2010

1 avril 2010 à 12:00 - Aucun commentaire

SDEA
Ah la crise !

Mulhouse
Un révoltant 78 m

Asswiller
Un maire peu coopératif

Mulhouse
Le « shunt de Mulhouse » nominé pour l’Oscar
du plus grand gaspillage d’argent public !

Mulhouse
l’arrivée du règne de «JR» 1er

Brumath / Mommenheim
Taup’Attack

Lutterbach
De dénucléarisée à pénitentiarisée

Goetzenbruck
Le maire fait les poubelles

Voyage à Bruxelles
L’autre capitale européenne bilingue

Témoignage
Pas toujours cool, la vie de soignante en maison de retraite…

Plaine
Faites demi-tour dès que possible !

Strasbourg
Dress code ou dress con ?

Schiltigheim
Jugé sans preuves

Altkich
Bon point pour les zones bleues

Rencontre
L’Alsace de Martin Graff

Commerces
Fermeture fin février d’une 6ème boutique de la Porte Jeune

Climbach
On est dans l’caca !

Mulhouse
Les dessous de la politique

Sélestat
Il faut soutenir le maire de Sélestat !

Schiltigheim
Un chien empoisonné

Altkirch
Zone rouge

Nos politiques
NOUS n’avons rien à attendre d’eux…

Rauwiller
De juré à condamné

Vie associative
« Les enfants de Tchernobyl »

Régionales 2010
La gauche rate son rendez-vous historique avec l’Alsace

Osterputz

L’Alsace a failli basculer à gauche. Tu vas me dire, j’ai failli gagner au loto cette semaine aussi, et la semaine d’avant. Bah si j’t’assure, si j’avais eu les bons numéros j’aurais gagné. J’ai failli rencontrer Johnny Depp, et partir aux Maldives, et être belle, riche et célèbre. Sauf que j’étais pas au bon endroit au bon moment, c’est tout. L’Alsace a failli basculer à gauche donc. Il semblerait plutôt que l’Alsace ait failli tout court. A croire qu’on n’aime pas trop le rose par ici, et pourtant même la Corse (la Corse quoi, la CORSE !) a mis comme tout le monde son petit tutu rose après 26 ans de grand écart à droite, c’est dire… Mais en Alsace (et surtout dans le Bas-Rhin) on persiste et on signe, la gauche se prendra une droite, quoi qu’il arrive. Niveau Osterputz politique c’est pas vraiment ça mais après tout, droite ou gauche, quelle importance ? On finit toujours du mauvais côté de toute façon, comme aux caisses des supermarchés ou sur l’autoroute, c’est comme ça, tu peux rien y faire, c’est systématiquement l’autre file qui avance plus vite que la tienne. De quoi se les arracher (les cheveux), je sais. Bref, tout ça pour dire qu’on ne manquera jamais de serials loosers en Alsace, que la droite se prenne ou non sa fessée.
L’Osterputz, on l’a fait un peu dans Tonic (hé pas de panique, un tout p’tit peu), histoire de faire honneur au printemps, synonyme de renouveau. Certaines rubriques s’en vont, d’autres débarquent, mais rassure-toi lecteur, Tonic restera le canard impertinent que tu aimes depuis 13 ans. Simplement, et pour ne pas faire dans la caricature, nous ne manquerons pas de décerner le prix de vilain petit canard méritant (gagné cette fois par le maire de Goetzenbruck) à ceux qui le valent bien. Quant à ceux qui nous cherchent vraiment des noises, ils se retrouveront sur le podium des rois de la mare, avec le canard d’or décerné au plus gratiné ! Et là ma bonne dame, ça va CH…
Mertalors je m’emporte.
Je parlais d’Osterputz donc. Pour Tonic compte sur nous, mais pour le grand nettoyage de printemps à la maison, y’a plus personne, et je parle aussi au nom de Patricia (ma collaboratrice devant l’éternel), aussi faignasse que moi! Non mais franchement, dis-moi pourquoi on irait faire bobonne, vider toutes les armoires, passer la serpillière et faire briller les vitres alors qu’on peut se gaver d’œufs de pâques fourrés au praliné, avachies sur la terrasse ? Hé oui c’est l’arrivée des beaux jours, du soleil, des asperges, des tartes à la rhubarbe, des fraises, des jolies filles en mini jupes (moi ça me parle pas, mais je pense à la testostérone de Joël et Philippe, nos infographistes devant l’éternel), des balades en forêt, des barbecues entre amis, des virées en amoureux… Bref, tu l’auras compris, c’est le temps de tout sauf de l’Osterputz. Qu’ils décalent ça en novembre par exemple, ça nous fera des vacances.
En attendant, lis ton Tonic au soleil avec une bière bien fraîche et n’oublies pas les spargels tu verras à quel point la vie peut être belle. Elle l’est pour nous, à chaque nouveau numéro que nous pouvons t’offrir.
Et un Tonic, un !

Alexandra Vallat



Commentaire

*