Tonic 134 - Mars 2010

Tonic 134 – Mars 2010

1 mars 2010 à 12:00 - Aucun commentaire

Haguenau
Nous avons testé un magnétiseur

Kaltenhouse
Des hallucinations pour le maire ?

Cité Barberousse
Les aventures de Coco

On vous l’avait dit !
Des vacances aux frais de la princesse (NOUS !)
pour les potentats locaux

Mulhouse
Un tramway nommé malaise

Mulhouse
Les travaux ont tué le tabac

Sarre-Union
Les pompiers de Sarre-Union se les gèlent

Mulhouse
La ministre de la Justice dit comment
poursuivre les boycotteurs

Mulhouse
Bruits de couloir

Alsace Bossue
Un élu exécuté

Obernai
Astérix chez des bouchers

Nord Alsace
Arnaque à la Sécurité Sociale

Crédit Mutuel
Tel est pris qui croyait prendre

Tchou tchou
Roland Ries, le grand européen !

Erreur médicale
Une justice sous influence

Colmar
Ordre National du Mérite

Mulhouse habitat
1,4 millions de perte de loyers

Schilick
Schellige esch e Hundsnàtion

Mulhouse
Chuchotements mulhousiens

Lutterbach
Dénucléarisée, renucléarisée et bientôt incarcérée

N’attendons pas que l’on nous jette la cacahuète !
Aux urnes Alsaciens

Niedersoultzbach
La précarité : un emploi àtemps plein ?

Régionales et régionalisme
Y’a du boulot !

Tournez immédiatement à gauche !

Les vœux de bonne année, c’est fait. Les crêpes, c’est fait. La Saint Valentin, c’est fait (ou pas). Les alertes à la neige, c’est fait (ou pas).
Nous restent le soïwater et les élections régionales, autant dire qu’on n’est pas sorti de l’auberge. Tiens, à ce propos, il semblerait que l’Alsace ait mis son clignotant à gauche et que l’UMP risque d’aller droit dans le mur. C’est pourtant pas les derniers dans l’art de contourner les obstacles… à croire que le chauffeur est bourré, va savoir ! Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs, ou les bœufs dans la charrue je sais plus…
On a bien essayé de savoir ce que chaque parti propose à l’Alsace dans les six prochaines années, si si je t’assure, même qu’on a organisé un dîner-débat (p.31) à ce sujet et qu’on a laissé parler tout le monde… même les moins drôles. Question d’équité. Et des questions, on en a posé plein justement, des questions de citoyens lambda, des questions d’Alsaciens en manque de réponses, des questions d’Alsaciens qui ont peur, des questions d’Alsaciens qui ont encore de l’espoir, des questions de tous les jours, des questions d’Alsaciens en manque d’Alsace.
Des réponses, on n’en a pas eu beaucoup. Déjà faut réussir à décrypter tous ces messages alambiqués. Accroche-toi Jeannot ! Je sais pas toi, mais moi je me sens jamais aussi blonde que pendant un discours politique. Du coup, je me suis refait ma couleur au cas où, et je trimballe partout mon diplôme du BEPC. Bah oui mon pote, tu peux venir avec tes phrases à rallonge, moi aussi j’ai été à l’école ! Hé ouai je sais, ça en jette.
J’en étais où ? Ha oui, la droite, la gauche, le centre et leurs promesses pour l’Alsace. On parle de parlement alsacien, d’autonomie financière, de bilinguisme, de drapeau Rot un Wiss, on parle d’une Alsace forte, à la fois indépendante et à la hauteur des enjeux européens, mais le fond du discours s’enlise dans d’ordinaires guerres politiciennes.
Pas de réelle avancée, donc. Pas de proposition décoiffante, rock n’roll, bouleversante, impertinente ! A une semaine des élections, pas vraiment de quoi envisager un Conseil régional décomplexé et prêt à en découdre. Tout juste de quoi raccommoder les morceaux avec quelques poncifs revisités et une coiffe à la Hansi.
Mertalors, qu’est-ce qu’elle est pessimiste cette fille, pas rigolote du tout, faites-la taire ! Bah oui, ça doit être la pluie, faut dire que la météo en Alsace, c’est pas vraiment ce qui nous sort de la sinistrose.
Allez, c’est décidé, pendant une heure on ne pense plus ni à la politique, ni aux courses à faire, ni au temps (celui qu’il fait et celui qui passe), ni à la crise, ni à tous ces trucs pas marrants qui nous donnent ce teint de serpillière usée. Que celles et ceux qui ont un teint de pêche nous pardonnent et nous donnent leur recette beauté.
Pendant une heure, on (toute l’équipe TONIC) va penser à toi, lecteur, qui nous donne chaque matin l’envie de sortir du lit. On va penser à notre belle Alsace, si unique, si particulière, si riche de tous les possibles. On va penser au printemps, au ciel bleu, au soleil et aux miracles dont nous serons capables si nous unissons nos forces.

Le compte à rebours a commencé. Plus que 59 minutes. Accompagnons cette trêve d’un verre de Pinot Noir.

Gsundheit !

Alexandra Vallat



Commentaire

*